Julia Juvigny

Consultante en sécurité chez Digital Security, Julia Juvigny réalise des missions de veille et d’analyse sur la sécurité des objets connectés, des aspects normatifs au renseignement sur la menace.
Les failles de sécurité des serrures, des voitures, ou encore des pompes à insuline connectées ont été à l’origine de nombreuses cyberattaques en 2016 visant l’écosystème de l’Internet des objets. Tous les secteurs sont concernés, à l’image du piratage d’une centrale nucléaire allemande en avril 20161. Si les installations critiques telles que les réacteurs n’ont pas été mises en péril, dix-huit postes de travail ont tout de même été exposés à différents malwares (W32.Ramnit et Conficker). Les stratégies d’attaques toujours plus sophistiquées des criminels conjuguées à la démocratisation du Malware-as-a-Service dressent un bilan plus que déficitaire de la sécurité de l’Internet des objets que nous exposons dans le présent article.
Face aux multiples enjeux sécuritaires de l'Internet des objets, le CyberCercle a organisé le jeudi 16 juin 2016 à l’Ecole Militaire, une conférence sur la « Cybersécurité et objets connectés ». Animée par Laure de La Raudière, députée d’Eure-et-Loire, secrétaire de la commission des Affaires économiques, co-rapporteur du rapport parlementaire à venir sur l'IoT, cette matinale a vu se succéder quatre spécialistes sur la sécurité des objets connectés dans des secteurs d'activités variés.  
Définie par l’Enisa comme un espace intégrant des appareils et des systèmes intelligents interconnectés, la « maison intelligente » se positionne en successeur de la domotique. Un marché qui devrait générer un chiffre d'affaires de 300 millions d'euros en 20171.Au Consumer Electronic Show (CES) de las Vegas, la maison connectée avait le vent en poupe : les visiteurs ont eu le vertige devant la pléthore de dispositifs domotiques exposés, du frigo aux serrures connectées.
« Pour atteindre de grands objectifs, nous devons oser de grandes choses ». Cette référence au traité de stratégie militaire De la guerre, écrit par Carl von Clausewitz, résume l’atmosphère « guerrière » qui régnait au Forum International de la Cybersécurité les 25 et 26 janvier 2016.